• SOUTIEN A BERGERE DE FRANCE

    Le groupe Bergère de France est actuellement en difficulté et menacé de fermeture, aussi si vous avez un compte sur FaceBook vous pouvez témoigner de votre intérêt pour cette marque de laine et de votre solidarité en rejoignant

     le groupe de soutien. (clic)

     

    2522285186.JPG

    Une fois inscrite au groupe vous pourrez déposer les photos de vos ouvrages réalisés avec des laines Bergère de France.

     

    Pour remercier les personnes qui soutiennent cette action Madame crochet la femme du capitaine vous offre un tuto pour tricoter de très mignons petits chaussons : aller voir sur son blog !

     

     8ac12f96f4de4e100de5710483abdf9e.jpg

    f8cfb7dedd8ba31dd620406c10850666.jpg

  • Suite du salon PAF de Nantes

    Dans ma dernière note je vous ai montré la petite ville des souris d'Odile Bailloeul qui a conquis de nombreux(ses) visiteurs(ses) mais sur le salon j'ai découvert un autre créateur : Brian HAGGARD.

    Cet artiste américain est très influencé par le style Shabby, il crée des compositions en mélangeant les techniques et les matières (photos, transferts, patchwork, dentelles, boutons ... et en plus il a un beau sourire  !

    Vous pouvez trouver son blog ICI

    BLOG 036.JPG

    BLOG 025.JPG

    BLOG 026.JPG

    BLOG 027.JPG

    BLOG 028.JPG

    BLOG 029.JPG

    BLOG 030.JPG 

    BLOG 032.JPG 

    BLOG 033.JPG

    BLOG 035.JPG

    Autrement vous pouvez voir aussi des photos du salon sur les blogs de :

    Carrément crazy

    et de Madame Framboise

    4.JPG

  • Retour de Nantes (Salon Pour l'amour du fil)

     

    Hier, j'étais à  Nantes au salon "Pour l'amour du fil "  :  quelle belle journée ! Même si je suis rentrée complètement épuisée on peut dire que c'était une fatigue heureuse !

    J'ai regretté l'absence de certaines créatrices comme Dentelles oxydées mais les stands présents et les expositions avaient de quoi nous occupées toute la journée.

    J'ai fait quelques photos et je vous les montrerai peu à peu mais aujourd'hui je voudrai commencer par le coup de foudre que j'ai eu pour l'exposition Souris-ville d'Odile Baillol. Certaines d'entre vous connaissent déjà ses petites souris et maintenant elles sont mises en scène dans une ville miniature.

     

    1.JPG

    2.JPG

    3.JPG

    4.JPG

    5.JPG

    7.JPG

    6.JPG

    8.JPG

    9.JPG

    Encore sous le charme je me suis rendue à son stand et j'ai acheté à nouveau un kit pour faire des petites souris ainsi que la revue TIP TOP qui comprend des patrons pour leur faire des habits !

    mini couverture.jpg

     

    370346bonnejourneetricotincouturetricotgifanimedentelledelune3.gif

  • Déguisement de carnaval...

    Au club de poupées anciennes que je fréquente nous devions coudre une tenue de carnaval pour une de nos poupées.

    La date est passée depuis longtemps, j'ai pris beaucoup de retard en raison d'une panne de ma machine à coudre...  j'ai dû finir ce déguisement en cousant à la main ! Il servira pour le prochain carnaval !

    BLOG 001.JPG

     

    Poupée tête porcelaine SFBJ Moule 301, taille 8

    Le  costume est réalisé  à partir d'un agrandissement d'un patron pour Bleuette

    que vous pouvez trouver     ICI

     

    BLOG 002.JPG 

    Taffetas : Marché Saint-Pierre

    Grelots : la Droguerie

    BLOG 004.JPG

    Je vous montre aussi une autre petite robe que j'avais faite auparavant pour une poupée Bella : j'ai créé le patron à partir de photos de poupées de cette époque et j'ai essayé de trouver un tissu qui correspondait également.

    BLOG 005.JPG 

    BLOG 006.JPG

    12936712_10208038549715015_1498091181135391234_n.jpg

     

    Je crois que mon prochain investissement sera dans une nouvelle machine à coudre car celle que j'ai m'a définitivement lâchée. Si vous êtes satisfaite de la vôtre tous les conseils que  vous me donnerez seront les bienvenus !

    12936712_10208038549715015_1498091181135391234_n.jpg

     

  • Quand Gallica s'intéresse à la mode

    Dans sa dernière lettre Gallica fait le point sur la recherche historique dans le domaine de la mode à partir d'un interview de Maude Bass-Krueger & Sophie Kurkdjian, publié par Louis Jaubertie le 14 avril 2016 dans Du côté des Gallicanautes .

    Pour celles qui s'intéressent à l'histoire de la mode en voici quelques extraits :

     

    Aujourd'hui, Maude Bass-Krueger & Sophie Kurkdjian, chercheuses en histoire de la mode et victimes (consentantes) de la Gallica-mode, arbitrent les élégances et nous font découvrir Gallica sous toutes les coutures.

    elegancesparisiennes.jpg

     

    Bonjour Sophie, bonjour Maude, pouvez-vous nous parler de votre activité ?

    Nous sommes toutes les deux docteurs en Histoire, spécialisées en histoire de la mode.

    Sophie a réalisé sa thèse sur l’histoire de la presse féminine du début du XXe siècle,  à l’Université Paris I: “Lucien Vogel et Michel de Brunhoff, parcours croisés de deux éditeurs de presse illustrée au XXe siècle”, en étant parallèlement chercheuse associée à la BnF.

    Maude a soutenu sa thèse au Bard Graduate Center à New York sur “The Culture of Dress History in France: The Past in Fashion, 1814-1900”: une recherche sur la manière dont la discipline de l’histoire de la mode, les expositions sur la mode, et la mode historiciste ont aidé les Français à comprendre et à visualiser leur propre passé.

    Aujourd’hui nous poursuivons notre métier de chercheuses avec de nombreux projets liés à la recherche en histoire de la mode  ... : (Voir l'article de gallica pour découvrir toutes leurs activités)

    L’histoire de la mode est une discipline déjà bien intégrée dans les départements d’histoire et des arts décoratifs à l’étranger, mais ce n’est pas le cas en France qui a beaucoup de retard et commence à se rendre compte seulement aujourd’hui de l’intérêt à développer l’histoire de la mode (voir le rapport de Lyne Cohen-Solal sur les initiatives que doit prendre le gouvernement pour mieux valoriser la mode en France par exemple, ou encore cet article).

    Nous faisons partie d’une nouvelle génération de chercheurs qui ne sont pas arrivés à la mode “par hasard” mais qui ont travaillé dessus dès leur Master avec la ferme volonté de continuer après dans cette discipline pour s’établir comme historiens de la mode français.

    Aujourd’hui, les meilleurs spécialistes de la mode publient et enseignent à l’étranger; il est grand temps que les excellents historiens qui travaillent en France se mobilisent pour redéfinir la discipline ici - là où se trouvent d’ailleurs toutes les archives !

    sarashbernhardt.jpg

    Cléo de Mérode, par Reutlinger

     

    Comment est né le blog Histoire de mode ?

    Le blog est une extension d'un séminaire fondé il y a 10 ans par Dominique Veillon, historienne de la Seconde Guerre mondiale et auteur du livre La mode sous l’Occupation.

    En 2012, Dominque Veillon, qui avait pris sa retraite, a confié le séminaire à Sophie qui menait alors sa thèse.

    En 2014, Maude l’a rejointe après avoir organisé avec elle un colloque international labellisé par la Mission du Centenaire sur la Mode pendant la Première Guerre mondiale qui a réuni soixante intervenants, 200 personnes du public pendant deux jours de discussions et débats inédits ....

     Nous publions toutes nos activité sur le blog. Vous y trouverez les comptes rendus des séances, les annonces de colloques, les publications, et les liens vers les vidéos des séminaire filmés; il promeut aussi des projets en rapport avec l’histoire et tente d’établir des passerelles entre la recherche et les milieux professionnels, l’université et les musées; les professeurs et les étudiants. Les compte Facebook et Twitter du séminaire complètent les activités du blog.

    Comment utilisez-vous Gallica dans le cadre de vos recherches ?

    Gallica joue un rôle très important dans nos recherches. D’abord, lorsque nous préparions nos thèses, nous avions régulièrement recours à Gallica pour consulter des périodiques et autres documents. Maude, qui a fait sa thèse aux États-Unis, l’utilise aussi pour vérifier des sources et des références depuis l'étranger - c’est un atout majeure pour les chercheurs internationaux ! Et puis, la recherche cibler par mots clefs est impressionnant. Ça permet de sortir des archives que l’on aurait peut-être jamais pu trouver auparavant.

    gazettebonton.jpg


    La Danseuse aux jets d'eau, robe de danse de Worth
    La Gazette du Bon Ton, 1924-1925

     

    Puis, Gallica est progressivement devenu un outil de travail essentiel. Nous l’utilisons aujourd’hui comme une plate-forme de références dans laquelle on puise beaucoup de renseignements et de données brutes utiles à nos travaux, mais aussi comme une immense base d’informations qui nous conduit d’un document à un autre, qui nous permet d’éclairer le présent (une commémoration, un événement particulier) à l’aide d’un document ancien.

    Voici un Top 5 des sources que nous utilisons les plus régulièrement pour nos recherches :

    •   1 Les Elégances Parisiennes, 1916-1917. Difficile d’accès en bibliothèque, la mise en ligne par Gallica est essentielle pour tout chercheur travaillant sur la mode pendant la Premiere Guerre mondiale
    •   2 Les Fonds de l’Atelier Nadar
    •   3.Les Fonds de l’Atelier Reutlinger. Les fonds photographiques de Nadar et Reutliner donnent accès à des centaines de photographies de célébrités et de mondains de la du  fin XIXe siècle au début du  XXe sièce qui sont habillés à la pointe de la mode de leur temps.
    •   4.Les Bulletins du Société de l’Histoire du Costume. Fondé en 1907, cette Société est la première qui milite pour fonder un musée du costume en France. C’est un source importante pour comprendre l’historiographie des études sur le costume.
    •   5 La Gazette du Bon Ton, 1912-1925.  Une revue avant-gardiste qui révolutionne la presse de mode alors en perte de vitesse au début du XXe siècle en publiant des pochoirs réalisés par Georges Barbier, George Lepape, et Pierre Brissaud.

     

    ..... Gallica nous permet de penser la recherche à l’heure du numérique, et de nous interroger sur les potentialités nouvelles offertes par la numérisation...une réflexion qui est essentielle à mener à l’heure actuelle !

    Que peut nous apporter la numérisation de documents anciens? Quels sont les avantages mais aussi les inconvénients pour le chercheur? Faut-il repenser la recherche ? Cette réflexion a débuté pour nous suite à la participation de Sophie à la Journée d’information Europeana Newspaper en novembre 2014, et nous la continuons en utilisant régulièrement Gallica, et en expérimentant les nouveaux outils mis à disposition des historiens ....

     

    cleomerodereutlinger.jpg

    Sarah Bernhardt photographiée par l'Atelier Nadar, 1893-1894

     

    Qui est susceptible de vous aider à découvrir de nouvelles sources ?

    Les Gallicanautes qui communiquent sur leurs “trouvailles”,  ainsi que l’équipe de Gallica qui fait, nous tenons à le souligner, un magnifique travail de valorisation ludique de l’histoire, des archives...!

    Utilisez-vous aussi Gallica dans d'autres activités  ?

    Oui bien sûr! Gallica est tellement accessible et simple d’utilisation que c’est un outil pour la recherche mais pas seulement. Nous y avons souvent recours pour “communiquer” sur l’histoire de manière ludique et originale, pour des billets court, des tweets, des posts sur notre page Facebook ! Nous l’utilisons alors dans une optique de divertissement, pour documenter un événement contemporain et pour l’illustrer avec un document d’époque.

    Nous l’utilisons aussi actuellement pour l’exposition que nous organisons à la Bibliothèque Forney sur les femmes et la mode durant la Première Guerre mondiale... qui ouvrira en janvier 2017. Gallica nous est d’une grande aide pour préparer cette exposition, et la documenter. Nous twittons d’ailleurs régulièrement des images de Gallica pour faire des petits teasers sur notre exposition.

    Vous souhaitez en savoir plus sur les activités de Maude Bass-Krueger & Sophie Kurkdjian, contactez-les par mail (seminairehistoiredemode@gmail.com) et retrouvez-les sur :


    - le blog du séminaire Histoire de mode
    - la page Facebook du séminaire
    - le compte Twitter du séminaire

  • Tea for two en sashiko

     

    Au mois de janvier je vous ai informé des thèmes proposés cette année pour la vente au bénéfice de l'Etoile de Martin.

    J'ai choisi le Japon car j'aime beaucoup la broderie sashiko que je trouve très reposante.

    Je viens donc de terminer une série de sets : un grand (38 cm X 28 cm) et 2 petits (14 cm X 14 cm) qui pourront servir pour un thé à deux.

    BLOG 001.JPG

    BLOG 002.JPG

    BLOG 003.JPG

    BLOG 004.JPG

    Ils seront mis en vente sur le site de l'association 

    le 7 mai à partir de 9 H

    au prix de 20 euros

     

     

     6a00d8341cebca53ef01a3fc2e3a75970b.jpg